Ash Princess

Ash Princess par Laura Sebastian,

Edition Albin Michel

Date de sortie France : Septembre 2018

Résumé du tome 1 

Theodosia avait six ans quand son pays a été attaqué, et quand sa mère, la reine du Feu, a été assassinée sous ses yeux.
Dix ans ont passé. Dix ans à vivre sous le joug du Kaiser, ses tortures incessantes, son régime de terreur. Dix ans qu’elle n’a pas prononcés sont véritable nom. Theodosia s’appelle maintenant Thora, princesse de Cendres.
Le jour où le Kaiser la force à exécuter son dernier allié, celui qu’elle voit comme son unique chance de survie, Theodosia ne peut plus ignorer sa rage vengeresse. Elle se lance dans une intrigue où la séduction cache des crimes de sang, où les amitiés ne servent plus qu’à une chose : regagner son pouvoir.

Incapable de déterminer à qui elle peut vraiment se fier, Theodosia va apprendre jusqu’où elle est prête à aller pour venger sa mère, regagner son peuple et reprendre son titre de reine.

Mon avis

4 out of 5 stars (4 / 5)

J’ai longuement hésité à lire ce livre.

Pour cause, la couverture et le titre sont très semblables à l’une de ma dystopie favorite : Red Queen.

Cependant, l’histoire reste intéressante et au fil des pages, je me suis prise au jeu et j’attends avec impatience la suite. Entendons-nous bien, l’histoire n’a rien d’original. C’est une dystopie est c’est tout, mais puisque j’aime ça, c’est parfait.

De plus, il y a quelques similitudes avec Red Queen. Même si les deux héroïnes ne sont pas du même rang social, elles subissent un régime qu’elle excrète (normal pour une dystopie à la rigueur). Il y a également la présence d’un triangle amoureux.

Le prince Soren et  Blaise sont des personnages intéressants et attachants et feront tout ce qui est en leurs pouvoirs pour la princesse de cendre dite Théo dite Tora.

Mais, j’ai bien l’impression que tous deux sont amoureux d’une chimère, car notre héroïne joue un rôle en permanence et manipule d’une main de maître.

Les différents rôles qu’elles endossent font d’elle un personnage en perpétuelle évolution, mais la rapprochent du personnage de Mare dans Red Queen qui elle aussi endosse quelques rôles…

« L’amitié » que la princesse partage avec Crescentia rend l’histoire plus sombre.

En effet, être amie avec la fille de l’homme qui à tué sa mère, ça, c’est quelque chose… et cette amitié va être pleines de rebondissements :

Comme Anke ? Tu m’appelles ta sœur de cœur, mais c’est le destin que tu souhaites pour moi ? Finir comme Anke ?

Le tremblement est plus prononcé, cette fois, et son regard gris ardoise s’affole. Elle exhale longuement.

– Tu préfères l’échafaud et la décapitation pour trahison ? siffle-t-elle, tout bas.

Il y a un tel venin dans sa voix que j’ai l’impression d’avoir été giflée. 

Le syndrome de Stockholm  que subit Téo au fil des pages va s’atténuer.

Téodora va redevenir celle qu’elle est vraiment : Téodosia la reine de feu.

Note à l’auteur 

Laura Sebastian, malgré le mauvais choix qu’a fait votre maison d’édition vous avez réussi.

Vous avez su me faire oublier mon énervement de départ dû à la première de couverture.

Un bon livre est un histoire dont je veux absolument connaître la suite et c’est le cas ici.

Cependant, Theodosia est un peu trop ambivalente, elle change d’avis un peu trop vite.

Elle veut tuer Crescentia et la page d’après elle ne peut pas le faire et il y a beaucoup d’autres exemples de ce genre. J’espère que dans le tome 2, cette ambivalence ne va pas continuer et qu’elle va s’affirmer.

PS : si vous pouviez ne pas faire trop souffrir Soren dans le tome 2 et ne pas faire exploser Blaise, ça m’arrangerait !

Donc rendez-vous pour le tome 2 :

Lady Smoke (Ash Princess Book 2) (English Edition)

5 février 2019

À vos livres !

error

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pour s’abonner, c’est ici

Découvrez mes livres lus sur Goodreads