La vérité sur l’affaire Harry Quebert

Chronique

La vérité sur l’affaire Harry Quebert par Joël Dicker

Edition de Fallois

Date de sortie : 2012

Résumé 

À New York, au printemps 2008, lorsque l’Amérique bruisse des prémices de l’élection présidentielle, Marcus Goldman, jeune écrivain à succès, est dans la tourmente: il est incapable d’écrire le nouveau roman qu’il doit remettre à son éditeur d’ici quelques mois.

Le délai est près d’expirer quand soudain tout bascule pour lui : son ami et ancien professeur d’université, Harry Quebert, l’un des écrivains les plus respectés du pays, est rattrapé par son passé et se retrouve accusé d avoir assassiné, en 1975, Nola Kellergan, une jeune fille de 15 ans, avec qui il aurait eu une liaison.

Convaincu de l’innocence de Harry, Marcus abandonne tout pour se rendre dans le New Hampshire et mener son enquête. Il est rapidement dépassé par les événements : l’enquête s’enfonce et il fait l’objet de menaces. Pour innocenter Harry et sauver sa carrière d écrivain, il doit absolument répondre à trois questions : Qui a tué Nola Kellergan ? Que s’est-il passé dans le New Hampshire à l’été 1975 ? Et comment écrit-on un roman à succès ?

Sous ses airs de thriller à l’américaine, La Vérité sur l’Affaire Harry Quebert est une réflexion sur l’Amérique, sur les travers de la société moderne, sur la littérature, sur la justice et sur les médias.

Mon avis

(5 / 5)

Un écrivain célèbre (Harry) est accusé du meurtre de Nola, son fidèle élève écrivain (Marcus) à succès en panne d’inspiration veut prouver son innocence. Il se met alors à enquêter. L’enquête se déroule en 2008 avant (et pendant d’ailleurs) l’élection de Obama. Durant son enquête on se retrouve plongé dans la petite ville d’Aurora en 1975.

Ce n’est pas du tout mon genre de livre, mais comment vous dire : j’ai adoré !

L’histoire va de rebondissement en rebondissement, à un moment je me suis dit ah, mais c’est lui le tueur, mais j’avais tord (bien sûr). Mes hypothèses étaient fausses même quand j’étais certaine du contraire. Heureusement que je ne suis pas Marcus, la vérité n’aurait jamais été découverte ahah. L’histoire est haletante, on ne s’ennuie pas un seul instant.

J’ai tout aimé les conseils d’écritures en début de chapitre ( on se rend compte que Joël Dickert suit ses propres conseils et ça c’est génial.

Nola est un personnage magnifique : fragile, douce, folle, amoureuse. Grâce au flash-back et à la façon qu’ont les différents personnages de la décrire, on s’attache vraiment à ce personnage mystérieux.

Harry est déchiré est pour cause quand on connaît le fin mot de l’histoire !

J’aime également le personnage de Marcus, on le suit dans ses raisonnements concernant l’enquête, ces doutes sur l’écriture et sur le fait de se dépasser, de se confronter, de ne rien lâcher.

J’ai également adoré le cynisme de certains personnages (surtout l’éditeur), la complexité des personnages, j’ai même aimé la mère de Marcus notre écrivain enquêteur (elle est tellement drôle).

Ce que j’ai trouvé fou c’est que même les personnages secondaires ont une importance primordiale (ils ne sont plus secondaires donc et ça, c’est fort).

Dans tous les cas, nous avons des rebondissements jusqu’à la fin.

Ce roman c’est une histoire d’amour interdite, une histoire d’amitié irrationnelle, l’amour d’un père pour sa fille et tellement d’autres choses. Bref, il y a tous les ingrédients.

Je pense que c’est le personnage de Luther qui m’a le plus touché. Je ne vous en dis pas plus pour ne pas vous spoilé. Mais j’ai tellement de peine pour lui.

Pour finir, je reprendrais ces mots :

Un bon livre Marcus, ne se mesure pas à ses derniers mots uniquement, mais à l’effet collectif de tous les mots qui les ont précédés. Environ une demi-seconde après avoir terminé votre livre , après en avoir lu le dernier mot, le lecteur doit se sentir envahi d’un sentiment puissant ; pendant un instant, il ne doit plus penser qu’à tout ce qu’il vient de lire, regarder la couverture et sourire avec une pointe de tristesse parce que tous les personnages vont lui manquer. Un bon livre, Marcus, est un livre que l’on regrette d’avoir terminé.

À vos livres !

error

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pour s’abonner, c’est ici

Découvrez mes livres lus sur Goodreads